Patrizia Cattaneo


Aller au contenu

Menu principal:


Fausses stigmates

Récits des exorcistes

ATTENTION AUX STIGMATES !
Certains cas de stigmates peuvent cacher l'oeuvre du diable


Au fil du temps, je suis devenue très méfiante à l’égard de tous les phénomènes mystiques qui ne sont pas exercés en obéissance avec l’Église, tels que : les stigmates, certains «dons» de guérison et charismes, certaines «apparitions», ainsi qu’envers les statues qui pleurent, qui saignent ou qui suintent, car la plupart du temps, ceux-ci proviennent de Satan qui cherche à créer une église parallèle et à nuire aux âmes bien au-delà de ce qu’on ne pourrait imaginer.

Je ne cesse de mettre en garde sur le fait que tout ce qui « brille » n’est pas forcément «une mine d’or», et qu’au contraire, il faut se méfier de tout ce qui n’a pas été vérifié par l’Église et qui est trop éclatant. Voilà pourquoi
il est fondamental de toujours se renseigner auprès des Évêchés, avant d’encourir des risques.


Le style de Satan est d’attirer l’attention en se fondant sur le « merveilleux ». La quête malsaine de tout ce qui sort de l’ordinaire - le paranormal, est le signe d’une foi maladive et enfantine nécessitant un discernement et une plus grande maturité au niveau spirituel.
Les
vrais stigmatisés de l’histoire tels que Padre Pio et Marthe Robin ont vécu une existence cachée dans la souffrance et l'expiation, et sachant que Satan est le «singe» de Dieu, il est important de faire appel à l’Église qui, de son côté, se prononce avec prudence au cas par cas sur l’origine de ces phénomènes mystiques, après les avoir bien étudiés et mis à l’épreuve. En effet, les vrais mystiques ne sont jamais allés en tournée pour montrer leurs stigmates.

Afin de mieux nous éclairer sur le sujet, voici parmi des dizaines d’autres, le témoignage d’un saint exorciste :

Père Candido Amantini était l’Exorciste de la Scala Santa à Rome. De son vivant, il était déjà considéré comme un saint. Les gens venaient le voir des quatre coins du monde. Avant son décès en 1992, celui-ci transmit ses connaissances à d’autres exorcistes parmi lesquels le Père Amorth, et par la suite l’Église ouvrit son procès de canonisation qui est actuellement en cours. Pendant les exorcismes, l’invocation de son nom fait trembler Satan qui s’écrie : « N’appelle pas celui-là, il a envoyé trop de monde au Paradis ! »


En 1975, le journaliste Renzo Allegri alla le voir pour l’interviewer au sujet du démon. Ce dernier raconta que le témoignage qui le frappa le plus concernait une jeune religieuse. «Pendant longtemps elle fut considérée comme une mystique», lui expliqua l’exorciste. «Elle avait des stigmates, des extases, et effectuait des guérisons extraordinaires. Mais elle manifestait aussi d’autres phénomènes qui n’avaient rien à voir avec la mystique chrétienne. Par exemple, la nuit, dans sa cellule, elle était dérangée par des bruits de toute sorte, et parfois elle criait car elle sentait que deux mains étaient en train de l'étrangler et les sœurs du couvent pouvaient voir la marque des doigts sur son cou. Aussi, quand elle se trouvait dans la cuisine, les couteaux virevoltaient tous seuls en l’air pour finir par se projeter violement sur les murs».


Cela pourrait nous faire ingénument penser à une réaction typique du diable pour se venger d'une vie mystique trop fervente… Mais à Irma Vinelli, l'une de ses filles spirituelles que je connais personnellement, Padre Pio répétait sans cesse : «Fais très attention ! Tu ne peux imaginer à quel point le démon est astucieux, tu ne peux pas l’imaginer… !». Le père Candido continua : «Ce fut son confesseur qui, le premier, envisagea que tout cela pouvait être l’œuvre du démon, et qui décida alors de l’amener me voir. Dès la première séance, elle manifesta la véritable origine de ses «dons», et cela, durant les formules de rituel.

Elle criait, hurlait, se contorsionnait, ressemblant à un animal sauvage, prononçait de gros mots… L’eau bénite sur elle avait l’effet de l’huile bouillante. Je l’exorcisais une fois par semaine. Elle se soulevait en lévitation, voyageait dans l’air comme transportée par une aigle… Je l’ai exorcisée pendant deux ans, sans succès. C’est l’un des cas où je dois avouer ma défaite ».




Présentation | Pèlerinages | Père Bianco | Frère Cosimo | Père Matteo | P. Cipriano | N.D. Avocate | Saint Joseph Moscati | Padre Pio | Père Tardif | Diable-enfer | Récits des exorcistes | Eglise | Santé naturelle | Articles | Devotions | Livres-dvd | Liens | Vie sociale | Ecrivez au Père Bianco | Demande d'information | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu