Patrizia Cattaneo


Aller au contenu

Menu principal:


La guérison du coeur

Articles

Les Editions du Parvis ont publié un livre de Patrizia Cattaneo: La guérison du coeur, que l'auteur a bien voulu présenter pour les lecteurs de Stella Maris juillet / août 2008 Nr. 449



LA GUERISON DU COEUR


C’était le samedi de Pentecôte 2005. Le terrain de sport de Torre le Nocelle était bondé. La messe charismatique du Père Michele Bianco fut arrosée par quelques ondées orageuses, mais la pluie ne réussissait pas à éteindre le feu de l’Esprit Saint ni l’enthousiasme des fidèles. Les coeurs fondaient peu à peu sous le souffle de l’Esprit de Dieu. S’il est parfois difficile de se recueillir dans de grands rassemblements, il y a aussi des moments particuliers dans lesquels Dieu unit tellement l’âme à lui, qu’on ne se rend plus compte de ce qu’il y a autour de soi. J’ai vécu un de ces moments spéciaux. Saint Paul écrit que «l’Esprit vient en aide à notre faiblesse, parce que nous ne savons que demander pour prier comme il faut, mais l’Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables, et Celui qui sonde les coeurs sait quels sont les désirs de l’Esprit et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu (Rm 8, 26-27). Ce jour-là en effet l’Esprit suscitait chez moi un désir irrésistible “selon les desseins de Dieu”. Je désirais ardemment me rendre utile, afin que tous puissent connaître Jésus-Christ vivant, comme je l’avais rencontré moi-même. Mais que pouvais-je faire avec mon néant?Je compris que le garçon de l’Evangile avait dû se sentir impuissant avec seulement cinq pains et deux poissons à offrir à une foule immense. Il a rempli son rôle et le Seigneur a fait le reste, et “ils ramassèrent douze corbeilles de pain!” C’est alors qu’une grâce d’En-haut m’a touché pour réaliser le grand désir “d’évangéliser le monde” que j’éprouvais en mon coeur ce jour-là.Durant l’invocation du Saint Esprit, une image m’est venue à l’esprit, tellement vive que je ne pouvais en douter. Je vous donne la réponse du Seigneur: Je vis le monde parsemé de nombreuses tâches obscures, c’est-à-dire les lieux où Dieu n’est pas connu et où le péché domine davantage. De toutes les parties du monde, de nombreuses mains se levaient vers le Ciel, à la recherche d’aide. Les mains se démenaient vers le haut à la recherche de secours, agitées comme des personnes qui sont en train de se noyer. Du Ciel, la main de Dieu descendait pour les secourir, mais elle ne réussissait pas toujours à les saisir. Il manquait une liaison entre le ciel et la terre, pour aider la main agitée de l’homme à rencontrer celle que Dieu lui tendait d’En-haut. De nombreuses mains, ne trouvant pas l’aide suffisante, après s’être agitées désespérément, étaient englouties. Je compris alors avec clarté ma mission: aider l’homme à rencontrer la main de Dieu qui le cherche pour le sauver. Mais comment?Dieu pourrait convertir tout seul le monde entier, mais il choisit de passer à travers le “oui” et le “non” de l’homme pour réaliser ses plans de salut. Dans l’Evangile de saint Luc, on lit: «nous sommes des serviteurs inutiles». Mais selon de fins exégètes, la traduction exacte serait: «nous sommes «les seuls» serviteurs». Le serviteur, de fait, n’est jamais inutiles, il travaille! Dieu ne nous appelle pas à être inutile, mais à travailler pour la construction de son règne, conscients que nous sommes “seulement” des créatures. A partir de cette prise de conscience, à la Pentecôte 2005, d’être appelée à une mission qui regardait «le monde» entier, je me demandais de quelle manière le Seigneur le réaliserait. J’avais depuis peu commencé à écrire des livres d’évangélisation, mais sans penser à une diffusion à l’étranger. A partir de ce moment, au contraire, mes livres commencèrent à être traduits en d’autres langues. Un producteur connu, de la télévision italienne, Stephano Jurgens, les lut et il me contacta pour me demander de collaborer à une série de DVD au sujet des charismatiques, parce que lui aussi désirait “évangéliser le monde” avec les instruments dont il disposait. Et avant que je ne m’en rende compte, je me suis retrouvée propulsée sur la scène internationale. Avant d’écrire un livre, je demande toujours au Seigneur de m’inspirer le sujet. Un jour que j’entrais dans une église, je Lui ai posé la question, et j’ai attendu la réponse. Quand il inonda mon coeur de lumière, je compris que je devais parler de la confession pour la guérison des blessures de la vie. Le titre du livre était: «La guérison du coeur». Je suis sortie de l’église avec le titre et le contenu du livre imprimé dans mon esprit. Oui, le coeur, le centre de l’homme... blessé, détruit, écrasé par le mal commis et souffert, le coeur peut être recréé seulement par Dieu. Sans un coeur sain, on ne peut aimer, on ne peut être heureux, on ne peut avoir un rapport équilibré avec Dieu et avec le prochain. Aucun homme ne peut guérir les blessures de son coeur, aucun médecin, aucune médecine. Le secret est aussi simple qu’ignoré: il commence par la confession.La confession n’est pas une taxe désagréable qu’il faut payer à Dieu, à travers un prêtre, mais c’est une véritable révolution, une création nouvelle, une épiclèse de l’Esprit Saint qui cicatrise et ôte toutes les blessures de la vie, que nul homme ni chirurgien ne peuvent guérir. La confession est la «clinique du coeur». Seul, le Saint Esprit peut reconstruire le coeur, le recréer beau, transparent et sain, donner un coeur nouveau, libre, capable d’aimer, de se réjouir, et d’être heureux.Don Giacomo Alberione, fondateur de la famille Paoline, a été un grand apôtre de la confession. Quand il arrivait à ses collaborateurs des incidents ou d’étranges ennuis, il les envoyait de suite à la confession. Don Alberione connaissait profondément le pouvoir de la confession. Aujourd’hui, on ne le connaît plus. Il faut le redécouvrir. Très souvent, il m’arrive d’écouter des personnes dont la vie est détruite. Elles croient être victimes d’un maléfice, ou être persécutées ainsi, parce qu’il leur arrive mille mésaventures. En cherchant un peu, on découvre qu’elles vivent souvent dans une vie de péché, ou qu’elles ont des péchés non confessés. Au lieu de chercher un exorciste, la solution est beaucoup plus simple: il suffit de demander au Seigneur Jésus-Christ la connaissance et le repentir de ses propres péchés et de s’approcher du sacrement de la confession qui guérit, libère, et cicatrise les blessures les plus profondes de notre être. Le pouvoir de guérison de la confession est encore fort méconnu, mais la confession est plus puissante que l’exorcisme, parce que c’est un sacrement, alors que l’exorcisme est un sacramental. Il y a quelque temps, un prêtre fut accueilli dans une maison de prière. Dès son arrivée, d’étranges accidents, avec une fréquence impressionnante, commencèrent à arriver dans la maison. Par exemple, la vitre d’une glace se brisait tout d’un coup, sans que personne ne la touche. Le propriétaire de la maison eut des soupçons et lui demanda: «Père, mais vous confessez?». Le prêtre lui répondit qu’il ne se préoccupait plus depuis longtemps de la confession, parce qu’il la pensait inutile. Il venait en fait d’un pays européen où la confession n’est plus à la mode. Quand on lui a fait comprendre que pour un prêtre, le fait de ne pas confesser est une grave omission, et que son péché avait des conséquences dévastatrices — que le Seigneur rendait visibles dans la charge destructive qui émanait de sa personne —, le prêtre prit conscience de la réalité et reprit son devoir au confessionnal.Des épisodes semblables existent dans la littérature, surtout dans la vie de saints, parce que tous les saints ont compris la valeur et le pouvoir de la confession. Dans mon activité d’organisatrice de pèlerinage, j’ai affaire avec divers chauffeurs de bus. Un jour, j’ai rencontré un jeune qu’on disait particulièrement malheureux, et victime du mauvais sort. De fait, en trois jours de voyage, il nous procura trois petits accidents étranges, qui ne dépendaient d’aucune manière de son habileté et de son expérience. Il ne m’a pas fallu longtemps pour en comprendre la cause. En fait le garçon se disait athée et ne se confessait jamais, et surtout, il était obstiné dans sa position. J’ai demandé au propriétaire du bus de changer de chauffeur, et depuis ce jour, je n’ai plus eu de problèmes. Le péché a des effets dévastateurs où l’exorciste ne sert à rien. Il faut avoir la bonne volonté de se reconnaître pécheur et de déposer le poids de sa conscience devant Dieu dans le secret du confessionnal. Le saint Curé d’Ars disait à quelqu’un qui lui objectait la difficulté de confesser au prêtre ses propres fautes: «Pourquoi les hommes ont-ils honte de confesser ce qu’ils n’ont pas honte de faire?».Ce qu’on considère souvent comme de la malchance, maléfice, guigne, et mauvais sort, a au contraire un seul et simple nom: péché! Et une seule et unique solution: la confession!C’est le concept que j’ai cherché à éclaircir dans mon livre: «La guarigione del cuore» publié en italien par la maison d’édition San Paolo, fondée par don Alberione et aujourd’hui en français, aux Editions du Parvis sous le titre: «La guérison du coeur». Le but est de faire comprendre qu’une vie heureuse et sereine dépend souvent que de nous, et c’est d’autant plus possible, quand nous nous libérons de nos péchés.Je me souviens de la vision de la main de Dieu qui cherchait à saisir tant de mains sur la terre et moi, je les aidais à se rencontrer. Que ce petit livre puisse aider à comprendre «la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur» de la confession, comme lieu de la miséricorde, de la guérison et de grâces guérissantes du corps et de l’esprit. Patrizia Cattaneo

Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, tous les textes et illustrations sont protégés par le Droit d'Auteur. EDITIONS DU PARVIS - STELLA MARIS - CH-1648 HAUTEVILLE / SUISSE.Tél.: 0041 (0)26 915 93 93 FAX: 0041 (0)26 915 93 99 E-MAIL librairie@parvis.ch

Présentation | Pèlerinages | Père Bianco | Frère Cosimo | Père Matteo | P. Cipriano | N.D. Avocate | Saint Joseph Moscati | Padre Pio | Père Tardif | Diable-enfer | Récits des exorcistes | Eglise | Santé naturelle | Articles | Devotions | Livres-dvd | Liens | Vie sociale | Ecrivez au Père Bianco | Demande d'information | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu