Patrizia Cattaneo


Aller au contenu

Menu principal:


Les pepins de pamplemousse

Santé naturelle

L'EXTRAIT DE PEPINS DE PAMPLEMOUSSE

EFFICACE AUSSI CONTRE LE SIDA ?


Quelques extraits, trouvés sur un site consacré au sida http://www.positifs.org/old/c/c-25.htm , et tirés à l'origine d'un article paru en 1990 dans The Third Opinion :

Depuis 1979, des études ont fait état de la diversité d'action de l'extrait de pépin de pamplemousse (EPP). Ce produit breveté, composé d'acide ascorbique, de dextrose et d'acide amino-acétique, a été utilisé en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Il s'agit d'un médicament très peu onéreux et présentant très peu d'effets secondaires ; aussi, il est surprenant que son utilisation n'ait pas été plus répandue.

Le Dr W. Kellas (Comprehensive Health, Encinitas, Californie) recommande 3 à 4 gouttes d'EPP à prendre en fin de repas. Le Dr L Galland conseille, en raison du goût amer de l'EPP, de le mélanger avec des jus de carotte, de légumes, d'orange ou de pamplemousse (2 ou 3 gouttes pour au moins 4 onces de liquide bien mélangé, deux fois par jour). Ce médecin indique que, si nécessaire, on peut associer d'autres antifongiques (nystatine, acide caprylique, econazole ou amphotéricine). L'action serait additive, mais pas synergique. Dans les cas de résistance, d'autres médecins ont obtenu une efficacité avec des posologies d'EPP de 6 à 7 gouttes, 3 fois par jour.

L'activité de cet EPP à des concentrations supérieures à 0,1% équivaut à celle de 30 antibiotiques et 18 antimycosiques testés en parallèle.
L'EPP a été utilisé pendant deux mois, avec succès, chez 200 personnes atteintes d'amibiase ou présentant une affection à Gardia intestinalis (L. Parish et coll., Food and Drug Administration). Ce traitement serait plus efficace que les traitements classiques. Ces résultats sont d'autant plus importants à souligner que ces affections parasitaires, qui ne sont pas limitées qu'aux régions tropicales, concerneraient un cinquième de la population mondiale (avec une fréquence plus élevée chez les homosexuels), et le plus souvent sans symptôme.

En raison du peu de toxicité de l'EPP et surtout de son efficacité obtenue avec de très petites quantités, l'EPP est devenu l'agent désinfectant de choix utilisé dans plusieurs hôpitaux aux USA : 10 à 15 gouttes d'EPP sont utilisées dans l'eau de rinçage du linge. 10 à 15 gouttes par gallon d'eau
(1 gallon américain = 3,785 litres) permettent de détruire les staphylocoques, streptocoques, l'aspergillus, la salmonelle et d'autres agents pathogènes retrouvés dans les tapis. L'EPP à des concentrations plus élevées (1 %) est utilisé pour désinfecter les salles d'opération.

Pour prévenir la diarrhée du voyageur, l'EPP est efficace à la dose quotidienne de 1 à 2 gouttes dans un verre d'eau ou de jus de fruit. Il est aussi efficace curativement à la dose de 2 gouttes dans un verre d'eau à midi et au coucher (C-W. Lynn, Orlando, Floride).
L'EPP est aussi un moyen sûr et simple pour rendre potable l'eau : après avoir filtré, ajouter à l'eau claire 10 gouttes d'EPP pour chaque gallon d'eau ; agiter puis laisser reposer quelques minutes.

De même, l'EPP permet de traiter efficacement les fruits et légumes et de prolonger leur durée de consommation et leur qualité. À des concentrations aussi faibles que 30-50 ppm, leur durée de vie a été multipliée par 3 ou 4. En usage domestique, il est recommandé d'utiliser 7 à 8 gouttes par gallon d'eau de rinçage.

L'EPP pourrait être un moyen pour désinfecter les eaux domestiques usées : 2,9 livres d'EPP permettent de traiter 1 million de gallon d'eaux usées, laissant un résidu de coliformes fécaux inférieur à 1:100 ml (la norme en vigueur étant de 200:100 ml).

L'EPP a aussi des actions antivirales : inactivation in vitro de l'herpès virus de type 1 (10 minutes dans une solution à la concentration de 1:256), du virus de la grippe (W-M. Shannon, Southern Research Institute). L'EPP s'est montré aussi efficace vis à vis du virus de la rougeole en Amérique du Sud (Interlab, S.A.) et vis à vis de virus responsables d'affections chez l'animal : fièvre aphteuse, fièvre porcine africaine, le virus vésiculaire porcin et la grippe aviaire (ministère de l'agriculture, USA).

Les actions antivirales, antifongiques et antibactériennes de l'EPP expliqueraient ses effets sur divers affections cutanées : kystes, verrues, herbe à poux et sumac. Il est conseillé d'associer l'EPP, à la concentration de 1 %, à d'autres huiles essentielles (camomille, thé des bois) et de réaliser une vaporisation. On peut aussi appliquer 2 à 3 gouttes du bout des doigts sur la région à traiter, puis d'imbiber d'eau, et de rincer quelques minutes après à l'eau froide. Pour les kystes et les verrues, des concentrations plus fortes peuvent être nécessaires (1 goutte recouverte, après absorption, d'un bandage).

Des précautions d'utilisations de l'EPP sont conseillées. Il doit toujours être dilué avec 5 onces ou plus de liquide. En cas de contact avec les yeux, rincer avec de l'eau pendant 10 minutes. En cas de contact de produit pur avec la peau, rincer aussi (à l'exception des kystes et des verrues). De faibles dilutions de l'EPP appliquées sur la peau peuvent déclencher une sensation de picotement ou un blanchiment local, qui sont transitoires et anodins. En traitement d'attaque, on peut débuter par 6 gouttes trois fois par jour dans un verre d'eau, à prendre avant les repas.

L'EPP semble être un traitement particulièrement intéressant des candidoses, et en particulier pour les personnes séropositives. Ses autres propriétés mériteraient d'être étudiées plus en détail, car il semble que l'EPP pourrait être bénéfique pour de nombreuses personnes.






UN EXCELLENT REMEDE NATUREL

Le pépin de pamplemousse est un antibiotique naturel super puissant, sans effets secondaires, biodégradable et non toxique, agissant sur plus de 800 bactéries, virus et autres microbes.
On le trouve en commerce dans les magasins d’articles diététiques, mais il faut l’utiliser avec précaution même s’il se révèle étonnamment dépourvu d'effets secondaires. Il faudrait davantage d'études mais ses bienfaits sont reconnus.
L'extrait de pépin de pamplemousse est très efficace aussi contre les infections bactériennes et même contre certains virus. Des tests récents ont montré son efficacité contre la grippe, mais aussi en cas d'eczémas, de psoriasis, de pellicules, de verrues, de vaginite, gingivite et troubles intestinaux. En usage externe on s'en sert dilué sur la peau, pur sur les verrues. Il a un pouvoir désinfectant qu'on peut utiliser avec l'eau minérale. C'est manifestement un produit économique et sûr qui gagnerait à être plus largement connu et utilisé.

Dans les librairies ou sur internet on trouve des livres pour approfondir les propriétés de l’extrait de pépins de pamplemousse.

Voici un autre article en pdf à télécharger, sur ce complément alimentaire.








MENTION LÉGALE
Le contenu de ces articles est présenté uniquement à titre informatif.
Les informations publiées dans ces articles ne peuvent en aucun cas remplacer les conseils ou les soins d’un médecin qualifié.

Les internautes ayant des problèmes de santé doivent consultent leur médecin avant d’entamer n’importe quel traitement.
En aucun cas, un diagnostic ne peut et ne doit être établi, ou un traitement choisi sur la base des informations publiées par notre site qui ne saurait être tenu pour responsables des dommages causés par l’emploi - ou l’emploi abusif - des informations contenues de manière explicite ou implicite dans ces articles.



Présentation | Pèlerinages | Père Bianco | Frère Cosimo | Père Matteo | P. Cipriano | N.D. Avocate | Saint Joseph Moscati | Padre Pio | Père Tardif | Diable-enfer | Récits des exorcistes | Eglise | Santé naturelle | Articles | Devotions | Livres-dvd | Liens | Vie sociale | Ecrivez au Père Bianco | Demande d'information | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu