Patrizia Cattaneo


Aller au contenu

Menu principal:


Ne jamais croire le diable

P. Cipriano


NE JAMAIS CROIRE LE DIABLE



Sur cette photo, le Père Cipriano de Meo, exorciste, montre la pierre qu'un possédé a expulsée de sa bouche lors de sa délivrance.

Il ne faut jamais croire le démon quand il fait semblant d’avoir quitté un possédé. Avant de parler de délivrance, il faut une longue période de vérification et la personne doit continuer à se soumettre régulièrement aux exorcismes.
C’est l’enseignement unanime de tous les exorcistes qui connaissent bien leur «métier». Il arrive parfois qu'une personne doive se soumettre aux exorcismes pendant plusieurs années avant d'être réellement délivrée. Dans certains cas, elle n’arrive jamais à la délivrance et parfois, quand elle semble délivrée, il ne s’agit que d’une «fausse» délivrance. Il arrive, en effet, que le démon qui, pendant l’exorcisme souffre plus qu’en enfer, se cache et se «retire» pendant quelques temps pour éviter ce tourment, arrive à tromper l’exorciste et lui faire croire qu’il s’en est allé définitivement. La plupart du temps, il s'agit d'une ruse du démon pour empêcher l'exorciste de continuer à le combattre alors qu'il n'est pas sorti de la personne et se cache simplement. Dès lors, les exorcistes experts recommandent de continuer à exorciser la personne car le démon peut s’être simplement caché.

Le Père Amorth et le Père Cipriano de Meo (qui sont parmi les meilleurs exorcistes du monde) le savent très bien, mais c’est le Rituel Romain de 1614 qui met en garde les exorcistes de ne pas tomber dans cette astuce du diable.
Ce conseil a été rappelé en 2005 pendant le cours annuel réservé aux prêtres exorcistes qui se tient toutes les années à Rome. A ce propos, le conférencier (le prêtre exorciste Nanni) a donné l’exemple notoire d’une religieuse possédée de Loudun au XVIIème siècle, Sœur Jeanne des Anges, qui a écrit son témoignage par ordre de son père spirituel. Le manuscrit est conservé dans la Bibliothèque de Tours.

La religieuse, a dit le Père Nanni, a été exorcisée à plusieurs reprises et le démon a fait semblant de la quitter. En réalité, et c’est elle-même qui le confesse,
il s’était comme retiré de son corps mais avait pris possession de son esprit et il commandait ses pensées à tel point qu’elle et le démon étaient comme fusionnés. Elle confesse : «Pendant un exorcisme, les démons ont feint de sortir de mon corps et de céder la place à Dieu. Pendant six mois, ils ne se sont plus manifestés mais, petit à petit, ils se sont insinués dans mon esprit et ont pris possession de mes sentiments. Ainsi, utilisant mes inclinations mauvaises, ils ont créé avec moi un seul être, dans une union si stricte que j’étais complètement liée par leurs sentiments»(1).

Le démon est menteur. L’exorciste doit continuer à exorciser les personnes qui se considèrent «délivrées». Si un exorciste ne le fait pas, soyez assurés qu’il a besoin d’améliorer ses connaissances car, sans le savoir,
il joue le jeu du démon. Le Père Amorth aussi, dans un de ses livres, raconte le cas d'une femme qui semblait délivrée mais, après une semaine, le démon était retourné en elle. Cela n'est pas rare! Il faut donc être extrêmement vigilant et ne jamais croire une personne possédée qui se déclare délivrée, sauf après vérification sérieuse. Le même phénomène est constaté pour des maladies physiques. Il faut continuer à se soumettre à des contrôles, même quand on semble guéri.

Normalement, lors de sa sortie véritable, le démon donne un signe concret qu’il a quitté la personne. La vraie délivrance est «presque» toujours accompagnée par l’expulsion d’un objet de la bouche du possédé ou de ses intestins (vomissement et/ou diarrhée).

Ainsi, il ne faut donc pas croire que la délivrance est soudaine. Parfois, l’exorciste doit travailler des années avant de délivrer une personne car c'est seulement Dieu qui décide de la date de sa délivrance.

Le Père Cipriano de Meo avait exorcisé un jeune homme possédé par le démon pendant plusieurs années et, le dernier jour de la lutte, l’exorcisme a duré six heures. Le démon fâché a lancé son dernier cri par la bouche du garçon par ces mots: «Jésus de Nazareth, je quitte cet homme mais souviens-toi que je continuerai à te combattre sur la terre!». Après ces mots, l’homme a expulsé de sa bouche une grande pierre verte (voir photo), sous les regards de toutes les personnes qui soutenaient l’exorcisme par la prière.

Le psychiatre et pasteur protestant, le Dr Scott Peck, a constaté qu’une thérapie reste sans effet tant que le possédé n’est pas exorcisé et que
son développement mental stoppe durant la possession. Il faut donc tout un travail de rattrapage à la libération du possédé, ce qui nécessite une collaboration entre exorciste et thérapeute (Scott Peck, Les gens du mensonge, chap. 5).

«Castellani (qui est l’un des premiers auteurs d’un manuel pour exorcistes)
invite à ne pas s’émerveiller si les possédés arrivent à ingérer l’Eucharistie. Il dit que le démon, après avoir pris possession de la personne petit à petit, ne craint plus les choses de la foi, à tel point que la personne arrive à parler d’arguments religieux.

Le démon peut aussi cesser de tourmenter physiquement sa victime qui croit être délivrée mais, tôt ou tard, on découvre que le démon est toujours à sa place.
La possession, en effet, se situe dans la sphère mentale et psychologique de la personne, comme la tentation» (2).

(1) (2): Conférence du Père Nanni, exorciste du diocèse de Modena, tirée des documents du Cours pour Exorcistes tenu à l’Université Regina Apostolorum de Rome et publiés en italien aux Ed. Shalom et Ed. Art en 2005, pages 131-132.

Article et photo de Patrizia Cattaneo 2008, tous droits réservés.



Présentation | Pèlerinages | Père Bianco | Frère Cosimo | Père Matteo | P. Cipriano | N.D. Avocate | Saint Joseph Moscati | Padre Pio | Père Tardif | Diable-enfer | Récits des exorcistes | Eglise | Santé naturelle | Articles | Devotions | Livres-dvd | Liens | Vie sociale | Ecrivez au Père Bianco | Demande d'information | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu